Les conséquences de la séparation d’un couple non marié sur les enfants

par Liliane

Chaque année en France, plus de 2 millions de couples se séparent ou divorcent. Parmi ceux-ci, plus de la moitié ne sont pas mariés. Et pour aller plus loin, les chiffres démontrent que plus de 300 000 séparations concernent des couples non mariés ayant des enfants. Dans ces cas, les enfants se retrouvent au cœur du conflit entre les partenaires, ce qui présente pour eux de nombreuses conséquences négatives. Dans cet article, nous revenons sur les implications de la séparation des parents sur les enfants, ainsi que les compensations possibles.

Le changement de train de vie : première conséquence

De manière générale, la séparation reste une épreuve difficile à gérer pour les partenaires, qu’ils soient mariés ou non. Mais lorsque les deux ont un ou plusieurs enfants, la situation devient encore plus compliquée, surtout pour les progénitures. Ces dernières se retrouvent aux premières loges, ce qui pourrait impacter leur développement. La première conséquence concerne le changement de train de vie pour les enfants.

En effet, après la séparation des parents, les enfants ne disposent plus d’un accès direct à leur père ou à leur mère. Selon les modalités de la rupture, ils peuvent se retrouver sous la garde de l’un des parents. De ce fait, ils ne profitent plus des mêmes privilèges qu’avant le divorce. D’après certaines études, près de 36 000 enfants sont concernés par une baisse significative de leur niveau de vie juste après la séparation.

Pour atténuer ce changement de train de vie, CCL Avocats se tient aux côtés des conjoints. Spécialisés en Droit de la famille, ses professionnels accompagnent les couples non mariés ayant des enfants tout au long de la procédure de séparation. Ils s’occupent notamment des aides versées par la CAF ainsi que du versement d’une pension alimentaire. Ceci permet de contribuer à l’entretien et à l’éducation de l’enfant par le parent qui a obtenu la garde.

En dehors du changement de train de vie, les enfants pourraient être également confrontés à de nombreuses conséquences telles que :

  • L’augmentation des risques d’anxiété et de stress ;
  • De possibles sautes d’humeur et une irritabilité récurrente ;
  • Un sentiment d’abandon suite à la séparation ;
  • Une hausse des risques de maladie et de développement de certaines pathologies ;
  • Un développement des troubles comportementaux et sociaux chez l’enfant ;
  • Des risques de dépression et d’isolation après la séparation des parents.

Pour limiter les conséquences pour les enfants, les partenaires devront privilégier une séparation à l’amiable. L’idéal reste de prioriser l’épanouissement affectif et le bien-être de leurs progénitures.

Les compensations possibles après une séparation

Pour protéger au mieux les intérêts de l’enfant après la séparation de ses parents, la loi prévoit un certain nombre de mesures. Dans un premier temps, les partenaires, même non mariés, ont l’obligation d’assurer l’entretien et l’éducation de l’enfant. En cas de garde alternée, les deux parents se relayeront pour s’occuper de l’enfant et lui accorder tous les soins nécessaires. Par contre, en cas de garde exclusive, le second parent devra verser une pension alimentaire pour participer à la prise en charge de leur progéniture.

Par ailleurs, sachez que cette compensation financière est déterminée par le juge si les deux partenaires ne parviennent pas à un accord à l’amiable. Elle permettra entre autres d’assurer les frais de la vie quotidienne de l’enfant. Ceci concerne notamment l’alimentation, les besoins de santé, les fournitures scolaires, etc. De son côté, le parent qui n’a pas obtenu la garde devra tout de même surveiller l’entretien et l’éducation de l’enfant. Il restera aussi informé des choix importants liés à la vie de ce dernier.

Tu pourrais aussi aimer